Droit à la déconnexion – Comment préserver le bien-être numérique ?

Droit à la déconnexion – Comment préserver le bien-être numérique ?
Publié le :
Mis à jour le :
17/9/2021
4/10/2021

Avec le développement des outils numériques, l’hyperconnectivité change totalement les habitudes de travail. Se rendre disponible 24 h/24,rallonger les heures de travail, la frontière entre travail et vie professionnelle s’amenuise de plus en plus. Par ailleurs, la propension à utiliser le télétravail n’arrange en rien cette tendance à l’hyperconnectivité. Cependant, force est de constater que ces nouveaux comportements n’ont aucun bénéfice, bien au contraire. En effet, l’hyperconnectivité au travail aurait même des effets contreproductifs et serait à l’origine d’un nouveau type de mal-être au travail. Alors, quels dangers pour les salariés et comment préserver le droit à la déconnexion ?

1. L’hyperconnectivité des salariés : quels dangers ?

 

Vérification constante des e-mails, disponibilité 24 h/24et 7 j/7, téléphones jamais éteints, ces comportements sont devenus chose courante. La frontière entre vie personnelle et vie professionnelle n’existe plus.

L’hyperconnectivité au travail en quelques chiffres

On considère qu’il y a hyperconnectivité dès lors que l’on passe plus de 4 h 22 derrière les écrans. Selon un sondage BVA, on constate même que les cadres peuvent aller au-delà des 4 h 22, passant presque 7 h 13 derrière ceux-ci.

Si l’hyperconnexion dans la vie personnelle tend à devenir le mal du siècle, 42 % des Français ayant 3objets connectés à la maison, l’hyperconnectivité au travail est aussi croissante. En effet, les cadres passent la majorité de leur temps à consulter leur messagerie et 80 % d’entre eux s’y connectent pendant leurs jours de congé. Ainsi, les habitudes de sur connexion tendent à se transformer en hyperconnexion. C’est-à-dire, le fait de rester en permanence en contact avec son travail et celui de répondre immédiatement aux sollicitations qui en découlent. Bien évidemment, ces nouvelles attitudes ou habitudes de travail ne sont pas sans conséquence pour les salariés.

Les risques de l’hyperconnectivité sur les salariés

De nos jours, l’impact de l’hyperconnectivité au travail fait naitre de nouveaux risques pour la santé des salariés. Selon les personnes interrogées pour l’enquête BVA, 56 % attribuent leurs problèmes de sommeils à l’hyperconnexion, 76 % pensent qu’elle est responsable de la baisse de leur vue. Certains encore pensent à 57 % que leur baisse d’activité physique lui est due et 18 % la rendent responsable de leur baisse de moral.  

Au travail, cette addiction au numérique a de nouveaux impacts et des risques de l’hyperconnectivité sur les salariés sont nombreux. Les risques les plus fréquents sont l’épuisement au travail (le burn-out), baisse de concentration, hausse du stress. Pour peu qu’il n’y ait aucune reconnaissance de la part de la hiérarchie, le risque de tomber en dépression est grand.

Les risques de l’hyperconnectivité sur l’entreprise

Les études le prouvent, l’hyperconnectivité n’est pas productive pour l’entreprise, bien au contraire. Ainsi, il n’est pas rare de voir apparaitre de nouveaux problèmes au sein des services.

· La suractivité peut entrainer des situations de stress et de fatigue

· Le traitement constant des e-mails provoque une baisse de la concentration. Les échanges réalisés par écrit nuisent aux relations et peuvent même conduire à des situations de déresponsabilisation.

·  La gestion simultanée de plusieurs tâches conduit inévitablement à la multiplication d’erreurs et d’oublis

·  Enfin, le sentiment récurrent de pression de la part de l’employeur peut conduire à une multiplication des arrêts maladie et de l’absentéisme.

Mais là, n’est pas le seul problème. En effet, les risques de l’hyperconnectivité sur l’entreprise sont également d’ordre pénal.

Depuis la reconnaissance du droit à la déconnexion, tout employeur a l’obligation légale de préserver le bien-être de ses salariés et de limiter leur charge mentale. Tout manquement au droit à la déconnexion des salariés peut donner lieu une lourde peine.

 

2. Qu’est-ce que le droit à la déconnexion ?

 

Le droit à la déconnexion : définition

Faisant partie intégrante de la loi El Khomri du 8 août 2016, le droit à la déconnexion est une mesure qui attribue à chaque salarié le droit de séparer la vie privée de la vie professionnelle. Cette disposition s’applique particulièrement en cas de télétravail ou pour les employés ayant un statut de cadre. Concrètement, le droit à la déconnexion oblige l’employeur à ne pas contacter ses employés en dehors de leur temps de travail ni de leur confier des tâches.

Droit à la déconnexion et code du travail ?

Si le droit à la déconnexion fait jurisprudence depuis plusieurs années, il n’est apparu dans le Code du travail qu’en 2016. Plus particulièrement depuis la mise en place de négociations obligatoires portant sur la Qualité de vie au Travail (QVT).

Néanmoins, le Code du travail ne faisant pas état de mesures concrètes, il incombe à l’employeur de le faire. Ainsi, il doit définir des mesures concrètes favorisant la déconnexion et organiser tout protocole ou négociation en découlant.

 

3. Les enjeux du droit à la déconnexion

Avec l’évolution des méthodes et habitudes de travail, les salariés ont plus d’autonomie grâce aux NTIC(Nouvelles technologies d’information et de communication). Si l’organisation du temps de travail est plus souple, le droit à la déconnexion impose néanmoins des obligations contractuelles à l’employeur. Parmi celles-ci on peut citer :

· Le respect des durées de travail et du temps de repos

· Le respect de la vie privée du salarié

· L’obligation de préserver la santé et sécurité du travail avec la lutte contre l’épuisement

· Une meilleure conciliation entre vie privée et vie professionnelle

Le recours aux NTIC doit être raisonné et régulé. Il incombe à l’entreprise d’y veiller.

Respect de la vie privée du salarié

À regarder les résultats d’un sondage conduit en 2019 par Qapa, 67 % des Français ne coupent pas totalement avec le travail durant les vacances. C’est ce que tend également à confirmer l’étude IFOP conduite en2017. Si les cadres continuent à consulter leurs mails durant les vacances, 40 %des salariés se sentent coupables de ne pas le faire.

Respect des durées maximales de travail et du temps de repos des salariés

L’objectif du droit de déconnexion du Code du travail est de veiller à ce que les durées maximales de travail soient respectées. Il en va de même pour le temps de repos des salariés. Le but étant d’éviter que le salarié soit constamment sollicité et notamment pendant son temps de repos. Ainsi, les règles sont les suivantes :

· Le salarié ne doit pas être sollicité tard le soir, pendant ses jours de repos ou de congés.

· Le temps de repos doit être de 11 h par jour minimum

Éviter les risques d’épuisement professionnel des salariés

La pratique de l’hyperconnectivité au travail conduit très facilement à l’épuisement des salariés. De ce fait, il convient de mettre en place des mesures pour réduire le stress, la charge mentale ou encore l’épuisement. Parmi celles-ci en tant que manager ou chef d’entreprise vous pouvez :

· Réguler la charge de travail

· Aménager des espaces détente

· Permettre à vos salariés d’avoir des temps off

· Mettre en place des temps de travail intensif en coupant les notifications pendant un certain laps de temps

Amélioration de la QVT et de l’équilibre vie pro/vie perso des salariés  

L’apparition du droit à la connexion dans le Code du travail vient en complément des mesures prises pour l’amélioration de la Qualité de Vie au Travail. Comme nous l’expliquons dans notre article sur la démarche QVT et le management à distance, il est impératif de maintenir l’équilibre vie privée et vie professionnelle des salariés. En effet, l’hyperconnexion touche 79 % des télétravailleurs.

La sensibilisation à l’hyperconnectivité et l’incitation à se déconnecter fait partie intégrante de la QVT. C’est de votre responsabilité en tant qu’employeur ou manager de veiller au bon équilibre vie professionnelle/vie privée. Alors, même en télétravail des solutions existent pour partager des moments de détente et préserver le droit à la déconnexion.

 

4. Comment préserver le droit à la déconnexion ?

Même si le droit à la déconnexion a mis longtemps à être intégré au Code du travail, il est de votre devoir d’employeur de veiller à la santé et à la sécurité de vos salariés. Aussi, salariés et managers de votre entreprise doivent être au courant des mesures concernant le droit à la déconnexion par le Code du travail. Vous avez du mal à vous assurer que chacun ait connaissance des risques liés à l’hyperconnectivité et du droit à la déconnexion ? Le mieux est de formaliser toutes les mesures dans une charte du droit à la déconnexion que vous pourrez transmettre à vos salariés et à vos managers. Par ailleurs, celle-ci pourra être accompagnée d’une formation de droit à la déconnexion pour la sensibilisation de vos managers.

Salariés : préservez votre droit à la déconnexion :

La peur de mal faire, d’être mal jugé par un supérieur hiérarchique ou tout simplement le fait de ne pas savoir se déconnecter induisent un mal-être chez les salariés. Néanmoins, pour éviter les risques psychosociaux et le burn-out, plusieurs mesures sont à prendre pour préserver votre droit à la déconnexion en tant que salarié.

 

Apprendre à utiliser le numérique à bon escient 

De nombreuses messageries permettent d’intégrer des messages de réponses automatiques en cas d’absence du bureau ou lors de congés. Ainsi, vous devez activer ces messages durant vos absences et y intégrer le nom et les coordonnées des personnes à contacter en cas d’urgence.

En ce qui concerne la consultation des messages, elle ne doit être réalisée que pendant les horaires de travail. En complément, vous pouvez programmer l’envoi des mails.

 

Se réserver des plages horaires off pour un travail plus performant et en informer ses collègues pour limiter au maximum les sollicitations à ces moments-là

Vous vous accordez une plage off ? Alors, désactivez les notifications. Vous travaillez en télétravail et on vous propose une réunion en visio conférence ? Acceptez l’invitation uniquement pendant les heures de travail.

Par ailleurs, certains créneaux horaires sont propices à l’endormissement. Dans ce cas, accordez-vous une power-nap, autrement dit une sieste énergisante. Cette micro sieste de 15 à 20 minutes permet de retrouver de la vitalité pour tout l’après-midi.

Enfin, vous pouvez également programmer une journée« digital detox », c’est-à-dire vous passer de votre smartphone pendant une journée et ainsi traiter des sujets de fond. Dans ce cas, n’oubliez pas de prévenir vos collègues.

 

Choisir le bon canal pour le bon message

Pour limiter la charge mentale, il est essentiel délimiter les canaux de communication. Skype, WhatsApp, Microsoft Teams… le salarié est sollicité en permanence. Pour parvenir à se déconnecter, il convient de limiter les différents canaux et de ne pas multiplier les notifications.

 

Apprendre à se déconnecter mentalement :

L’hyperconnectivité crée facilement une sorte d’addiction et de dépendance. Ainsi, pour certains il est vraiment difficile de se déconnecter. L’angoisse de ne pas être joignable ou de louper un mail important créent une réelle charge mentale. Il est donc primordial pour vous d’apprendre pour les salariés à se déconnecter. Plusieurs solutions existent :

· Pratiquer une sorte de « digital detox » comme évoqué plus haut. Cette mesure aura pour résultat de vous libérer d’une charte mentale importante et de privilégier les contacts directs.

·  Adopter des temps de silence durant lesquels vous pourrez couper votre téléphone et autres canaux de communication ou mettre une affiche « ne pas déranger » sur votre bureau

 

Droit à la déconnexion

Managers : Préservez le droit à la déconnexion de vos équipes :

En tant que supérieur hiérarchique, le manager se doit de veiller au respect du droit à la déconnexion. Ainsi, s’il doit veiller à ce que des mesures soient prises, par exemple via une charte de droit à la déconnexion, le manager doit également montrer l’exemple.

Savoir distinguer entre urgent et important 

Dans certaines entreprises, il n’est pas rare que les mails tombent en fin de journée. De fait, le salarié se sent comme obligé d’en prendre connaissance immédiatement voir d’y répondre. Outre une augmentation de la charge mentale, cela engendre souvent des heures supplémentaires. Le rôle du manager est donc de savoir distinguer entre urgent et important.

En tant que manager, il se doit de réguler la charge de travail pour éviter le recours aux heures supplémentaires. De plus, il suffit de mettre en place des outils pour promouvoir le droit à la déconnexion et informer le salarié qu’il n’est pas obligé de répondre immédiatement à un mail.

Promouvoir le droit à la déconnexion :

Chercher à promouvoir le droit à la déconnexion, c’est s’assurer que chaque salarié en soit informé. Ainsi il est prévu des mesures pour le respect du droit à la déconnexion dans le Code du travail. Les mesures que vous pouvez mettre en place dans votre entreprise sont les suivantes :

· Mise en place d’une charte de droit à la déconnexion : ce document devra indiquer les objectifs du droit à la déconnexion, les modalités et les horaires où le salarié n’est pas tenu de se connecter. Cette charte définira également les mesures de régulation d’utilisation des outils numériques, ainsi que les mesures pour le télétravail.

· Communiquer sur le droit de déconnexion :outre la charte de droit à la déconnexion, il est possible de transmettre aux salariés un guide dédié ou d’organiser une réunion pour que tout le monde bénéficie du même niveau d’information sur le sujet.

· La dernière des mesures efficaces est de mettre en place une formation de droit à la déconnexion : en suivant un cycle complet de formation sur le droit à la déconnexion, vos salariés apprendront les enjeux de la déconnexion et à appuyer sur le bouton off.

Entre nouvelles technologies et nouveaux modes de travail, il devient urgent de préserver la bonne santé mentale et le bien-être des salariés. Alors, si le droit à la déconnexion ne donne pas encore lieu à de véritables sanctions, la productivité quotidienne repose sur l’intégration de concepts clés :

· Avoir un équilibre entre la vie pro et la vie perso devient la priorité de plusieurs salariés surtout avec le mode hybride entre le présentiel et le distanciel qui s’est installé dans notre quotidien : c’est un enjeu très important pour les entreprises pour éviter que leurs employés ne craquent

· Le droit à la déconnexion intervient et encadre l’usage des outils numériques au travail et préserve la vie privée des salariés

· Le développement de mesures dans le cadre d’une politique QVT, le droit à la déconnexion ou la marque employeur seront de véritables atouts pour les entreprises de demain. Amélioration de l’image de marque auprès des salariés et des clients, hausse de la notoriété, moins d’absentéisme, tout le monde y aura à gagner.

Comment retrouver le bouton OFF : Les clés pour préserver le bien-être professionnel numérique​ et éviter les risques liés à l'hyperconnexion.

Découvrir la formation
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.