RSE en entreprise : comment réussir sa transition écologique et sociale ?

RSE en entreprise : comment réussir sa transition écologique et sociale ?
Publié le :
Mis à jour le :
17/9/2021
4/10/2021

Démarche accessible à toutes les entreprises indépendamment de leur taille, de leur secteur d’activité et de leur statut, la Responsabilité Sociétale des Entreprises ou Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE), permet d’allier efficacité une économique, sociale et environnementale. Elle est définie par la Commission européenne comme «l’intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec les parties prenantes. ».

En effet, l’entreprise impliquée« volontairement » dans une démarche RSE va déployer des pratiques plus éthiques et durables dans son activité pour contribuer aux enjeux du développement durable, avec un impact économique, social, environnemental, mais aussi dans la gouvernance de l’entreprise et le travail avec les parties prenantes. Au-delà du profit, l’entreprise s’engage donc à créer de la valeur pour ses parties prenantes et son territoire.

L’importance de la RSE en entreprise est de plus en plus reconnue, mais pourquoi les entreprises auraient-elles intérêt à mettre en place une telle démarche ? Et comment mettre faire ?

Que vous songiez à engager une démarche RSE au sein de votre entreprise ou que celle-ci soit déjà engagée dans une transition vers le développement durable, on vous dit tout sur les atouts de la RSE en entreprise et comment mettre en place une stratégie RSE efficace.

 

I. Pourquoi engager une démarche RSE ?

La démarche RSE s’inscrit ainsi dans le cadre des nouvelles régulations économiques pour mesurer l’impact social et environnemental des entreprises.  Dans le contexte contemporain de crise écologique, sanitaire et sociale, l’engagement des entreprises en faveur du développement durable devient incontournable.

Aussi, bien qu’elles n’aient aucune obligation à engager une démarche RSE, les entreprises ont tout à gagner en participant aux enjeux du développement durable pour mieux répondre aux défis posés par le climat ou l’approvisionnement et ainsi qu’à la demande de transparence grandissante des clients.

Par ailleurs, les attentes des parties prenantes sur ces questions sont de plus en plus nombreuses. Ainsi, 70 % des collaborateurs souhaitent être davantage impliqués dans la stratégie RSE de leur entreprise et 86 % d’entre eux souhaitent avoir un meilleur impact sociétal dans leur vie.  

Avant de voir comment mettre en place une stratégie de RSE, voyons pourquoi engager une démarche RSE. Voici les principaux avantages de la mise en place d’une démarche RSE en entreprise tant pour son activité que pour ses collaborateurs.

 

1.   Améliorer votre réputation et votre image

L’importance de la RSE sur la réputation et l’image de l’entreprise ne cesse de croître parallèlement aux attentes des parties prenantes (consommateurs, associations, syndicats ou actionnaires) de plus en plus fortes concernant le rôle et la responsabilité de l’entreprise dans la société.

En effet, afficher l’humain et l’environnement au cœur de vos préoccupations envoie un message fort à vos clients, mais aussi à vos actionnaires ou investisseurs.

Engager une démarche RSE permet également d’attirer de nouveaux collaborateurs ou de convaincre des prospects. Ces derniers préfèrent financer des entreprises qui savent identifier et gérer au mieux les risques pour les transformer en opportunités.

S’inscrire dans une démarche RSE, c’est montrer l’attachement de votre entreprise à des valeurs qui vont au-delà du profit et bénéficier de cette image positive pour se démarquer de la concurrence qui ne s’engage pas dans la résolution de ces enjeux. Inscrite dans l’identité de l’entreprise et appréciée, cette vision prouve que l’entreprise est pérenne en se donnant les moyens de mener une réflexion et des actions concrètes face aux enjeux sociétaux et environnementaux.

 

2.   Booster votre envie d’innover et de s’améliorer

L’un des objectifs de la RSE consiste à mesurer et à évaluer l’impact des activités d’une entreprise sur l’environnement et la société, comme la consommation d’eau, d’énergie ou encore le taux d’accidents au travail.

Intégrer ces préoccupations environnementales et sociales dans l’activité de l’entreprise permet de mieux identifier et, par conséquent, mieux maîtriser les risques auxquels elle s’expose. Elle peut mais aussi agir pour mieux s’adapter et relever les nouveaux défis en trouvant de nouvelles opportunités d’innovations.  

La démarche RSE en entreprise conduit à réinventer des produits et services plus respectueux de l’environnement, mais aussi le cadre du management ou l’organisation de l’entreprise ou avec de nouveaux modèles d’affaires sociaux et responsables telle l’économie circulaire ou l’écoconception.  

 

3.   Limiter le gaspillage des ressources naturelles

S’inscrire dans une démarche RSE, c’est permettre à l’entreprise de réaliser des économies d’énergies, utiliser moins de papier, recycler, autant de gestes permettant à l’entreprise de réaliser des économies tout en participant à préserver les ressources naturelles.

Quel que soit le secteur économique, limiter le gaspillage de l’énergie et des matières premières et réduire la production de déchets permet à l’entreprise d’augmenter ses marges. Agir pour maîtriser les stocks, travailler sur les achats, faire des promotions sur les produits frais à date courte, revaloriser de produits : autant d’actions menées par certains groupes de distribution pour limiter le gaspillage alimentaire.

De nombreuses entreprises dépendent de matières premières naturelles exposées aux dégradations climatiques ou dont l’extraction menace la biodiversité. Il est donc important de veiller à limiter le gaspillage et d’assurer son approvisionnement en matières premières en prenant en compte les conditions de régénération des ressources naturelles. Préserver la qualité et la quantité des ressources primaires est nécessaire pour assurer la pérennité économique et la production des entreprises.

En parallèle, il est aussi important de réduire son impact digital : éviter d’envoyer trop d’emails inutiles, ne pas les stocker et penser à les supprimer régulièrement, se désabonner de tous les emails reçus automatiquement qui sont peu intéressant, réparer ses appareils électroniques ou les donner à recycler pour éviter qu’ils ne soient détruits…

 

4.   Améliorer la productivité

Engager une démarche RSE représente un investissement qui s’avère porter ses fruits sur le moyen et long terme. Au-delà des mesures destinées à réduire son impact environnemental et social, la RSE en entreprise permet d’améliorer le fonctionnement global de l’entreprise en la rendant plus efficace et plus agile.

Une amélioration globale de la structure et des processus internes de l’entreprise entraîne ainsi un gain de productivité et de performance financière pour les entreprises. Selon une étude menée par France Stratégie, les entreprises mettant en œuvre une bonne politique RSE en entreprise sont en moyenne 13 % plus performantes que les autres.

Par ailleurs, une entreprise inscrite dans une démarche RSE prend en compte les besoins de ses collaborateurs et les accompagne dans leur développement personnel. L’impact du bien-être au travail impacte considérablement sur la productivité des collaborateurs. Identifiés aux valeurs des actions menées par l’entreprise en faveur du développement durable, ces derniers seront d’autant plus motivés et impliqués, donc productifs.

 

5.   Améliorer le bien-être au travail et la QVT de vos employés

Une entreprise impliquée dans une démarche RSE globale s’engage pour l’environnement, mais aussi pour le bien-être de ses collaborateurs au travail à travers des actions telles que :

-       Des horaires de travail aménagés

-       Des bonnes conditions de travail (sécurité, locaux lumineux et sains, présence de plantes, etc.)

-       Fournir du matériel de qualité

-       Favoriser l’égalité homme-femme, l’insertion des personnes en situation de handicap ou de précarité.

Toutes ces mesures, liées à la mise en place d’une démarche RSE dans l’entreprise, interviennent pour fidéliser les collaborateurs déjà en poste ou attirer de nouveaux talents lors de campagnes de recrutement. Ces derniers préféreront s’associer à des marques dont l’image et positive et qui sont reconnues pour leurs valeurs en faveur du développement durable.

 

Vous l’aurez compris, intégrer une démarche RSE dans votre stratégie globale d’entreprise, s’impose comme un levier de performance. Source d’amélioration, une politique RSE en entreprise favorise sa réputation et valorise son image auprès de ses collaborateurs et de ses clients par son engagement en faveur d’un impact positif sur la société et l’environnement tout en constituant une source de performance globale : gains de productivité, compétitivité, qualité de vie au travail. Il s’agit, à présent, de voir comment mettre en place une démarche RSE efficace au sein de votre entreprise.

 

II. Mettre en place une démarche RSE

De plus en plus d’entreprises, quelle que soit leur taille, ont compris les enjeux de la RSE et souhaitent en faire une priorité dans leur stratégie. La mise en place de la démarche RSE en entreprise peut être confiée à une personne ou à une équipe. Dans certaines grandes entreprises, le département dédié à la RSE est souvent associé avec celui de la communication ou du marketing.

Pour réussir sa transition, il est indispensable de définir et prioriser les actions à mener et de travailler en équipe. En effet, pour être efficace, la démarche RSE en entreprise porte ses fruits sous l’impulsion du dirigeant ainsi que l’implication de tous ses collaborateurs et de l’ensemble des parties prenantes internes de l’entreprise.

Il ne s’agit pas seulement de prêter attention aux gestes écoresponsables, mais aussi de revoir ses pratiques de façon globale et cohérente. Ainsi, dans une démarche RSE, les critères de sélection d’un fournisseur doivent prendre en compte les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance et non pas seulement le prix.  

Voici nos conseils pour mettre en place une démarche RSE efficace au sein de votre entreprise.

1.    Faites le point sur l’existant 

La première étape fondamentale d’une démarche RSE réussie consiste à faire un diagnostic pour identifier les actions de l’entreprise. Il s’agit de faire le point sur les actions déjà mises en place au sein de l’entreprise en faveur du développement durable et de les évaluer. Dans quelles mesures la stratégie de l’entreprise permet-elle de répondre aux problèmes et opportunités ? Quelles sont les actions de l’entreprise en adéquation avec la transition RSE ? Quelles sont les actions à bannir pour une transaction réussie ?

Publiée en 2010 et premier standard international en matière de RSE, la norme ISO 26 000 propose des lignes directrices pour mener à bien une démarche RSE. Elle peut servir de base pour évaluer l’engagement de votre entreprise en faveur du développement durable, mais également sa performance globale.

Il est aussi intéressant de s’inspirer des actions d’autres entreprises du même secteur déjà avancées dans le processus de transition RSE pour s’enrichir de leur expérience.

2.    Identifiez les parties prenantes de l’entreprise

Une démarche RSE réussie inclut nécessairement les parties prenantes de son entreprise. Pour ce faire, il convient de les identifier et de les hiérarchiser.  

En effet, les entreprises orientées vers cette démarche s’engagent à être transparentes envers leurs parties prenantes et à les intégrer à leur création de valeur. Après tout, ce sont elles qui assureront leur prospérité.

Parmi les principales parties prenantes d’une entreprise, vous trouvez : les collaborateurs, les fournisseurs, les syndicats, les ONG, les actionnaires, les communautés locales, les consommateurs ou encore les pouvoirs publics.

Afin de bien identifier vos parties prenantes et créer un dialogue avec elles, vous pouvez vous référer à la norme ISO 26 000.

 

3.    Dressez le cadre de référence que vous souhaitez mettre en place

Pour structurer et valoriser la mise en place de sa démarche RSE, l’entreprise peut s’appuyer sur plusieurs cadres et référentiels comme le Global Reporting Initiative créé par une ONG de l’ONU, le Pacte mondial des Nations Unies ou encore Les Objectifs de développement Durable. Toutefois, la norme ISO 26000 est le cadre de référence le plus complet et concret. Cette norme présente des domaines d’action pour concrétiser sa démarche RSE autour de 7 questions centrales : la protection du consommateur, la contribution au développement local, les droits de l’Homme, les relations et conditions de travail, l’environnement et les bonnes pratiques en affaires.

Dans le cadre de sa transition, une entreprise peut prendre des mesures environnementales (bilan carbone, consommation énergétique, eau, réduction des produits toxiques, économie circulaire, etc.), sociétales(conditions de travail, qualité de vie au travail, management participatif, lutte contre les discrimination, ancrage territorial, etc.) ou des mesures liées à la gouvernance (concertation avec les parties prenantes, la prévention de la corruption ou éviter l’optimisation fiscale, etc.).

Lorsqu’une entreprise s’engage dans une démarche RSE, elle peut mettre en place plusieurs actions de différentes natures. Toutefois, il ne s’agit pas de toutes les aborder d’un coup, mais de travailler sur celles qui répondent le mieux aux problématiques de l’entreprise, en priorisant et hiérarchisant les actions à prendre en fonction de son secteur d’activité et de son territoire.  

Le cadre référentiel sur lequel s’appuie la démarche RSE aide à déterminer l’orientation des actions à mener. Par ailleurs, plusieurs filières et secteurs professionnels ont développé des référentiels visant à guider les entreprises dans leur démarche de conduite responsable en prenant en compte certaines spécificités sectorielles.

 

4.    Mettez en place un plan d’action RSE

Pour atteindre les objectifs d’amélioration continue liés à la mise en place d’une démarche RSE, il convient de mettre en place un plan d’action sur 3 ans et de le réviser à mi-parcours.  

Mettre en œuvre un plan d’action RSE vise à traduire sous forme d’actions concrètes le cadre de référence en matière de RSE par l’entreprise. Cet outil de pilotage au quotidien de la démarche RSE permet d’avoir une vision globale de l’ensemble des actions à mener et d’assurer leur suivi. Il doit pouvoir s’adapter aux évolutions de l’entreprise et rester simple, appropriable et accessible pour tous.

Le plan d’action doit contenir les actions issues des résultats du diagnostic RSE dans les domaines sociaux, environnementaux et de gouvernance par ordre de priorité. Pour chaque pilier RSE, il convient de définir un objectif, une cible, les actions à mener, un responsable, un délai, les ressources employées et un indicateur pour mesurer l’impact des actions menées.

Enfin, pour mettre en place un plan d’action RSE efficace, l’entreprise doit se fixer des objectifs pertinents, simples et mesurables et commencer par les plus prioritaires avec des actions à décliner en fonction de chaque métier de l’entreprise.

 

5.   Impliquez vos collaborateurs dans votre démarche RSE

La mise en place de la RSE dans une entreprise entraîne une profonde transformation qui peut engendrer une certaine résistance au changement de la part des collaborateurs. Il est donc essentiel de consulter l’ensemble des collaborateurs avant d’initier le projet de transition.

Démarche collaborative, la RSE en entreprise doit inclure tous ses collaborateurs pour être efficace sur le long terme. La réussite de son implémentation passe par un travail d’équipe et la concertation avec tous les collaborateurs pour avoir leur avis sur les actions à mener en priorité, notamment en ce qui concerne le bien-être au travail. Prendre en compte leurs préoccupations facilite leur engagement dans la démarche RSE et assure par conséquent la réussite de celle-ci.

Il s’agit alors d’informer et de sensibiliser vos collaborateurs aux objectifs d’une stratégie RSE en exposant clairement les bénéfices individuels et collectifs qu’elle implique, pour qu’ils deviennent acteurs de la transition. Par ailleurs, utilisez des vecteurs de communication interne interactifs et divertissants pour susciter leur engagement immédiat.

 

Pour aller plus loin consultez notre article RSE : intégrer ses collaborateurs dans la stratégie comme clé de la réussite.

 

6.    Accompagnez vos collaborateurs en les formant durant votre transition

Pour impliquer pleinement vos collaborateurs dans la démarche RSE, il convient de leur donner envie d’agir en les formant. Grâce à la formation, ils vont s’approprier la transition de l’entreprise, assimiler les protocoles, manier les outils et les méthodes pour mettre en pratique et porter la politique RSE de l’entreprise.

En formant vos collaborateurs durant votre transition, vous leur donnez les moyens d’agir spécifiquement dans le cadre de leur travail. Pour cela vous pouvez mettre en place des formations thématiques sur la stratégie RSE, son impact sur le métier et les comportements à adopter pour la mettre en place.

 

Besoin d’outils concrets ? Découvrez notre formation « Faire décoller sa transition RSE » avec deux parcours complémentaires pour vous accompagner dans votre action pour le développement durable.  

 

7.   Evaluez les résultats de votre démarche RSE

Assurer le suivi de sa démarche RSE permet d’analyser les résultats de vos actions pour évaluer leur pertinence et les revoir si besoin. Les informations recueillies lors de l’évaluation RSE servent à prendre des décisions pour l’avenir en identifiant les failles et les axes d’amélioration.

Pour mesurer et suivre l’évolution de vos actions, il convient de mettre en place des indicateurs et des critères d’évaluation au niveau environnemental, social et sociétal. Ainsi, il est possible de mettre en place des indicateurs de suivi des émissions de gaz à effet de serre de l’entreprise, de consommation des ressources, du traitement des déchets, des arrêts maladies des collaborateurs ou du nombre de CDI, du taux d’absentéisme ou de turn-over, de l’écart des salaires entre les femmes et les hommes ou des heures de formation ou encore du nombre d’emplois créés, de projets soutenus et de partenariats engagés.

De plus en plus demandés par les investisseurs et les actionnaires, ces indicateurs servent aussi à communiquer auprès des parties prenantes dans les rapports RSE. La mesure des impacts sert ainsi de levier pour améliorer son image de marque.

Retrouvez plusieurs référentiels d’auto-évaluation exposant en détail de nombreux critères liés aux enjeux de la RSE.

 

Quelle entreprise ne souhaite pas jouir d’une bonne réputation et mettre en place un modèle économique qui lui fera faire des économies sur le long terme ? La RSE en entreprise s’impose désormais comme la condition de la pérennisation de l’économie moderne. Adopter une politique RSE en entreprise efficace donne l’image d’une entreprise responsable, éthique, soucieuse du bien-être de ses collaborateurs, des consommateurs et de l’environnement.

Réussir sa transition écologique passe par la mise en place d’une stratégie RSE efficace impliquant ses parties prenantes, en particulier ses collaborateurs en les sensibilisant et formant aux enjeux de la RSE. Cette démarche remporte l’adhésion d’une partie croissante de consommateurs et de collaborateurs qui s’identifient à ces valeurs. Elle répond également aux attentes des autres parties prenantes soucieuses de la pérennisation de l’entreprise d’un point de vue économique et de son engagement social et environnemental.

Pour les entreprises qui souhaitent aller plus loin dans leur démarche en faveur du développement durable, la loi Pacte de 2019 offre de nouvelles opportunités en matière de RSE. Elle permet notamment d’ajouter « une raison d’être » dans leurs statuts et de devenir une « société à mission ».  

RSE
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.