Souriez, vous pitchez

Souriez, vous pitchez

Qu’on l’apprécie ou non, s’il y a une chose que l’on ne peut pas retirer à Barack Obama, c’est son sourire. Anecdotique ? Pas tant que ça ! Loin d’être un détail ou la marque d’un manque de sérieux, le sourire est un puissant outil de communication.

Positif, sympathique et convaincant

Commençons par le commencement : si cela peut motiver celles et ceux qui, parmi vous, sont les plus réfractaires au sourire, sachez que sourire vous rendra plus heureux. Les études le prouvent, dont celle menée en 1988 par les chercheurs Strack, Martin et Stepper. Concrètement, et pour l’expliquer simplement, sourire libère des endorphines qui sont des anti-stress. Et dans le même temps, cela stimule le cerveau de vos interlocuteurs, et ce, dès les premiers centièmes de seconde. Cela vaut le coup de s’y mettre, non ?



Et ce n’est pas tout : au-delà des bienfaits physiques et psychiques, sourire est également un excellent moyen de créer du lien social. Or, ce lien est fondamental dans une prise de parole qui est par essence un acte de connexion. Si vous ne parvenez pas à créer de la complicité avec votre auditoire, votre discours risque fort de tomber à l’eau; et qu’y a-t-il de plus complice et communicatif qu’un sourire ?

Personne ne souhaite discuter avec une personne renfrognée, alors qu’au contraire une personne souriante donne envie qu’on l’écoute. Pourquoi ? En voici deux grandes raisons :

L’effet miroir

Lorsque vous souriez, vous dégagez une certaine ouverture, une certaine empathie vis-à-vis de votre auditoire. Ce dernier fonctionne en miroir et sentir que vous lui voulez du bien le rendra bienveillant à votre égard. Bienveillant … et généreux : une étude réalisée en 1978 par Tidd et Lockard a ainsi démontré que plus les serveurs sont souriants, plus ils touchent de pourboire.

Le capital conviction

Au-delà de l’effet sur votre capital sympathie, sourire augmente également votre capital conviction. En effet, le sourire est un marqueur de confiance en soi, d’assurance, et nourrit donc votre charisme et votre capacité à faire passer vos idées. Faites le test avec une critique : cela passe toujours mieux avec le sourire (quand il n’est pas grinçant...) !

L’astuce : un sourire en poche

Bien sûr, tout le monde n’est pas Barack Obama. Tout le monde n’a pas le sourire facile. Heureusement, apprendre à sourire est à la portée de tous, y compris de ceux qui ont l’impression de n’être doués que pour les sourires forcés, crispés ou gênés.


Pour adopter un sourire franc avant de prendre la parole, réalisez cet exercice tout simple : isolez-vous, fermez les yeux et pensez à un souvenir heureux ou à quelqu’un que vous aimez. Il faut que cette image soit la plus précise possible pour que l’exercice fonctionne. Automatiquement, vous sentirez les extrémités de vos lèvres se soulever.

Si vous êtes amené à vous exprimer régulièrement devant un auditoire et avez peur de vous retrouver en panne sèche au moment de convoquer ce fameux souvenir, préparez-vous une “boîte à (sou)rires” qui compile des phrases, blagues, souvenirs ou autre qui vous font (sou)rire à tous les coups.

Un dernier conseil pour vos prochains pitches ? Si vous voulez vraiment sourire, montrez vos dents, et pour une efficacité maximale regardez votre public dans les yeux !

Souriez, vous pitchez

SYNTHÈSE :

Le sourire, botte secrète du discours

A. Un puissant outil de communication 📡

  • Le sourire contribue à vous mettre dans un état d’esprit positif avant et pendant un pitch
  • Il vous permet, par effet miroir, d’attirer la sympathie de vos interlocuteurs
  • Marqueur de confiance en soi, il renforce votre charisme et vos capacités de conviction

B. Un outil à la portée de tous 😃

  • Sourire se travaille : l’astuce de l’image positive
  • Combinez sourire et regard pour plus d’efficacité
  • Attention, bien sûr, à ne pas en faire trop…

Découvrez notre formation au pitch pour apprendre à convaincre et gagner en impact !

Lire aussi :

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.