La posture de manager coach : un duo gagnant

La posture de manager coach : un duo gagnant
Mis à jour le :
13/5/2022

Le coaching, cet accompagnement par un ange gardien à l’ombre de vos performances, est un métier qui a le vent en poupe cette dernière décennie. On en parle dans tous les domaines : coach sportif, coach en affaires, coach de vie, coach familial etc…

Bill Gates affirmait lors de sa conférence TED en 2013 :

« Tout le monde a besoin d’un coach ! »

Il poursuit à juste titre :

« Les coachs sont les seuls à nous donner un feedback. Voilà comment nous nous améliorons »

En effet, les chiffres parlent d’eux-mêmes : 20 % des grandes entreprises ont fait appel à toutes sortes de coachings pour monter en compétences, révéler les talents ou faire des reconversions (étude International Coach Federation, 2021).

Alors, pour votre management, pourquoi pas obtenir un duo gagnant dans l’association « manager » et « coach » ?

Qu’est-ce qu’un manager coach ?

Définition d’un manager

« Manager », c’est quoi au juste ? En entreprise, sa fonction est de servir de guide et de contrôle pour son équipe et est responsable des actions à mener pour atteindre des objectifs. Le rôle du manager est important car il est le lien principal entre la direction et les collaborateurs. Pour aller plus loin sur les différents types de managers, nous vous invitons à lire notre article sur le style de management à adopter.

Définition d’un coach

Le coaching est apparu dans le milieu sportif de haut niveau aux USA dans les années 70, puis s’est étendu dans les entreprises pour aider les cadres à accroître leurs capacités dans un but de performance individuelle. Ce n’est que dans les années 90 que le coaching a intégré nos entreprises françaises.

Le coach est un conseiller professionnel qui accompagne une personne ou une équipe dans le but de développer des aptitudes et d’atteindre des objectifs. Le coach est avant tout un œil extérieur, neutre, qui ne jugera jamais et ne donnera pas d’ordre pour atteindre un objectif futur précis, tout en travaillant dans l’ici et maintenant. Cependant, il peut parfois être amené à bousculer doucement pour faire progresser.

Loin d’être un magicien, c’est un facilitateur qui apporte un soutien dans un laps de temps défini. Son disciple, guidé par des questionnements et de la bienveillance, sera accompagné pour trouver ses réponses. C’est une sorte de miroir qui parle et qui fait prendre conscience de certaines choses.

En entreprise, il accompagnera solidement par exemple sur le management, le leadership, la négociation, la communication ou encore la prise de parole ; retrouvez ici l’équipe de coachs de Time to Pitch.

Définition d’un manager coach

Le manager-coach adopte une posture qui va au-delà du management classique : en complémentarité, il responsabilise les membres de son équipe, et optimise les performances en créant un climat de travail respectueux et motivant.

Il a une manière spécifique d’aborder son collaborateur, semblable au coach en entreprise ; en outre il peut utiliser les outils et stratégies des coachs professionnels auprès de ses collaborateurs pour développer leur potentiel et ainsi en obtenir des résultats de performances.

Ces notions trouvent leurs places au cœur des échanges entre le management basé sur le coaching et le collaborateur :

  • La prise de conscience
  • L’apprentissage
  • L’implication
  • La liberté d’action

"Le management est une question de procédure, alors que le coaching est une question de personnes"  - Michael Neill Coaching for Maximum Performance

Le manager-coach vise donc à atteindre des objectifs, tout en développant son équipe individuellement et avec une communication différente.

💡 Assurez l'engagement et la performance de vos équipes en présentiel comme en distanciel.

Découvrez nos formations : 👉 Management présentiel et distanciel

manager coach

Pourquoi fonctionner en manager coach ?

On peut se demander pourquoi le manager coach est de plus en plus acclamé dans les entreprises. L’environnement de l’entreprise et les nouvelles attentes des salariés sont en pleine évolution. Nous vous expliquons les principales raisons.

Posture de manager coach : face à des entreprises en transformation

L’environnement d’une entreprise indique une nécessité de changement sur le type de relation entre un responsable et son équipe. Voici les 4 raisons de devenir manager coach :

  • Les entreprises tendent à évoluer vers un organigramme plat (ou horizontal), où il y a peu ou pas de niveaux de management intermédiaire. Ce modèle consiste à se présenter sous 2 niveaux : la direction et les salariés. Dans ce type d’entreprise, les salariés ont davantage de responsabilités et sont plus directement impliqués dans la prise de décisions. Sans une certaine autonomie des salariés, ce type d’organisation ne peut être efficace.
  • Les tâches sont de plus en plus complexifiées : le développement des liens fonctionnels et hiérarchiques ou encore du numérique sont autant de facteurs qui poussent à poser des cadres et à multiplier les processus de travail. Une gymnastique du cerveau s’impose, d’où l’importance d’évaluer et de travailler sur les aptitudes des salariés.
  • Les pressions économiques actuelles demandent toujours plus d’efficacité et de vitesse de réaction. Être accompagné par un manager-coach, c’est pouvoir faire le point sur les compétences à en tirer, s’évaluer et toujours prendre de la hauteur.
  • Vers des habitudes de télétravail : inutile de vous expliquer cette forme d’organisation du travail qui s’est répandue en une fraction de seconde pour la plupart d’entre nous. C’est dans ce genre de nouvelle organisation que certains traits de personnalité mais aussi certaines compétences enfouies de vos collaborateurs peuvent apparaître au grand jour. D’autres conseils de gestion managériale avec notre article : Télétravail et Covid, manager de confinement en confinement.

Posture de manager coach : face à des demandeurs

Les salariés dits « classique » sont en voie de disparition. Et pour cause, l’arrivée des Millennials et de la génération Z sur le marché du travail (nés à partir des années 1980) ne cesse de recenser des profils demandeurs de qualités humaines dans le management. On ne peut plus manager ses ressources humaines comme avant. Cette génération d’actifs est plus déterminée & solidaire et elle détient de nouvelles valeurs, en contrepartie de leurs talents. Les managers doivent se réinventer pour s’adapter à cette génération. Il n’est plus question aujourd’hui d’imposer ou d’avoir un style de management directif si on veut encadrer une équipe plus jeunes.

Explorez notre article sur la génération X Y Z au travail.

Fonctionnez donc en manager coach selon l’environnement et la situation qui se présentent, additionné à un profil spécifique de collaborateur qui :

  • a besoin d’autonomie
  • a envie de donner du sens à son travail
  • a besoin d’être écouté et valorisé
  • souhaite se sentir libre de formuler des interrogations, des craintes
  • évite les luttes de pouvoir

L’intérêt de coacher en tant que manager

Un collaborateur sous coaching du manager développera :

  • La confiance en lui par sa valorisation, pour faire grandir ses talents.
  • Sa motivation, pour l’efficacité et la performance individuelle qui contribuera à la réussite collective.
  • Son autonomie, pour une responsabilisation.

Du côté managérial, vous créerez ainsi une organisation collaborative où chacun pourra participer à sa façon. Vos collaborateurs se sentiront ainsi valorisés et motivés pour contribuer à la croissance de l’entreprise.

Est-on manager coach dans l’âme ou le devient-on ?

Se mettre dans la peau d’un coach n’est pas forcément chose aisée, c’est pourquoi un coach doit être détenteur d’un titre professionnel. Et bien c’est pareil pour le manager coach, il doit acquérir cette compétence grâce à une formation de manager coach, et donc… il est essentiel de coacher le coach !

Si certains managers présentent naturellement une posture de coach, cet atout provient notamment de leur personnalité, de leur éducation et de leur histoire de vie (expériences personnelles et professionnelles) ; d’autres doivent acquérir cette posture en la construisant et en l’utilisant de façon temporaire et adaptative. Tout cela dépendra des situations rencontrées, des problématiques et de la personnalité du collaborateur.

Vous l’aurez compris, le manager-coach est un vrai caméléon prêt à s’adapter à tout moment ! Mais pour mener à bien cette mission, les outils de coaching ne suffisent pas et il indispensable de développer une bonne posture de coach.

 

Comment devenir manager coach ?

En plus de ses qualités de manager développées grâce à une formation manager d’équipe, il doit posséder les compétences d’un coach.

Le manager coach doit respecter les bonnes pratiques de coaching :

  • Observer et connaître les collaborateurs : leurs comportements, leurs compétences techniques, sans oublier leurs performances passées. Voir les points forts du collaborateur et les valoriser avec reconnaissance. Aussi, il est intéressant de prendre du recul et de faire le point sur les softs skills (flexibilité, adaptation, empathie, persévérance…) de ses collaborateurs afin de mieux s’appuyer sur eux et de les faire progresser.
  • Analyser et identifier les opportunités qui visent à augmenter les capacités. Si le collaborateur est à l’aise sur une tâche, il serait dommage de l’en priver.
  • Identifier une situation où le coaching est nécessaire. Inutile d’adopter la position de coach à tout va, cela demande du temps, et donc de l’argent !
  • Interroger le collaborateur par des bonnes questions et à un moment opportun : questions ouvertes, fermées et réflexives, et surtout en adoptant une posture d’écoute active. Lui poser des questions, c’est lui faire prendre conscience de ses points forts / points faibles.
  • Faire un bon feedback en donnant des repères pour aider le collaborateur à développer ses capacités.
  • Cadrer et clarifier les objectifs : c’est essentiel pour avoir une bonne ligne directrice !

8 conditions pour être un bon manager coach :

Pour accompagner votre collaborateur au mieux dans son évolution afin qu’il aille de l’avant, vous devez acquérir ces qualités de manager coach :

La qualité requise n°1 du manager coach : la confiance

Il s’agit de ne pas donner l’impression de contrôler constamment les membres de l’équipe. Donnez-leur une certaine liberté de prise d’initiative et de décisions afin qu’ils s’épanouissent et s’investissent davantage. Cependant, si vous ne pouvez pas faire confiance, c’est que vous avez la mauvaise personne en face de vous, ou elle n’est pas assez formée encore.

La qualité requise n°2 du manager coach : l’écoute empathique

L'écoute empathique ou bienveillante est réellement l'une des meilleures attitudes à adopter. Une bonne écoute demande d’aller au-delà de la discussion pour découvrir ce qui s’y cache réellement derrière.  A partir du moment où votre collaborateur a trouvé en vous une oreille bienveillante, il osera faire un pas en avant en s’ouvrant et en exprimant ses véritables problématiques. Sans connaître ses craintes et ses interrogations, vous ne pourrez pas communiquer convenablement et l’aider à progresser.

La qualité requise n°3 du manager coach : l’esprit critique

L’esprit critique mène un raisonnement jusqu’à son terme afin de trouver la solution à un problème donné. Concentrez-vous intelligemment sur le développement des capacités de chaque membre plutôt que de simplement viser les résultats. Savoir traduire un potentiel et chercher à le mettre en valeur, c’est générer de l’enthousiasme et donc plus d’efficacité dans le travail.

La qualité requise n°4 du manager coach : l’optimisme

Mettez en avant l'effort et la réussite au lieu de souligner les échecs ou les erreurs. En tant qu'individus nous savons qu’il est plutôt rare d’encourager, et que les erreurs sont difficilement oubliées. En tant que manager-coach acceptez les erreurs à bon escient comme tremplin à l'apprentissage et cultivez-les pour le bon développement de vos collaborateurs. L'accent devra être mis sur les moyens qui assurent que la même erreur ne se reproduise plus.

Aussi, prenez conscience qu’un échec peut aussi s’expliquer par un travail inachevé. Ne craignez pas de trouver des raisons à un mauvais résultat : contrairement à ce que l’on peut penser, cela est différent du fait de se déresponsabiliser du résultat. Ici il s’agit d’une analyse rationnelle qui indique ce qui fait défaut.

Il n’y a pas d’échecs, il y a que des leçons !

Alors mettez vos idées au clair en élaborant un tableau avec 3 colonnes puis prenez un temps en équipe pour en discuter et verbaliser ensemble les leçons que vous tirez :

  1. Les points négatifs
  2. Leurs causes
  3. Les solutions pour chaque
  4. Les soft skills à solliciter pour appliquer chacune des solutions

La qualité requise n°5 du manager coach : la pédagogie

Evitez de faire la « roue de secours » en livrant directement des solutions, même si vous en avez en tête (et c’est normal pour un responsable !). Résoudre une problématique rapidement est tentant mais investissez-y du temps. Donnez à votre collaborateur l’opportunité de résoudre un problème, c’est ce qui va lui permettre d’être en apprentissage et le guidera à long terme ; il arrivera même parfois que vous soyez étonné qu’il puisse proposer de meilleures solutions que les vôtres…et ce sera signe qu’il s’améliore ! Le fait de solutionner seul permet également d’accroître la confiance en soi, et donc la motivation et la créativité. Abstenez-vous donc de solutionner et posez une question du type « Que feriez-vous dans cette situation ? »

La qualité requise n°6 du manager coach : la preuve d’humilité

Le comble pour un manager serait de ne pas prendre les décisions. Mais sachez dans cette situation faire preuve d’humilité en décidant partiellement. Déléguez et engagez votre équipe quand il s’agit de solutionner un problème. Le fait de participer permet au collaborateur de s’approprier et de s’engager davantage, donc de vivre son métier pleinement et de se sentir impliqué dans les performances et l’avenir de son entreprise.

La qualité requise n°7 du manager coach : l’esprit constructif

Lorsque vous faites un feedback, restez constructif en toutes circonstances et ne critiquez pas en heurtant la susceptibilité de votre collaborateur. Pour ce faire, basez-vous sur des faits et non sur des interprétations. Emettez des messages constructifs, même avec un sentiment négatif, tout en prenant la responsabilité des actions de vos membres (par exemple en employant le « je » au lieu du « tu » ou « vous »). Nous vous invitons à consulter notre article sur l’art du feedback en entreprise.

La qualité requise n°8 du manager coach : le respect

Créez un climat où il est agréable de travailler avec vous, car vous savez valoriser et respecter autrui. Mettez au clair les responsabilités de chaque membre et offrez-leur la liberté d’exercer leurs métiers à leurs façons, dans la mesure du correct. En clair, traitez-les de la façon dont vous souhaiteriez être traité.

Maintenant, pour vous mettre dans la peau d’un manager coach, imaginez la situation suivante : votre consultant n’a pas osé prendre parti pendant une réunion, et le choix de la décision finale a porté préjudice aux récents résultats.

  1. Votre première réaction en tant que « manager », sans être coach, pourrait d’avoir une relation parent / enfant (supériorité) où vous le convoquez pour lui faire remarquer son erreur sous forme de reproche ou de morale afin que cette situation ne se reproduise plus.
  2. En revanche, en tant que « manager coach » vous pourriez agir ainsi : vous connaissez le potentiel de votre collaborateur et lui accordez un moment d’échanges. Vous dressez un constat de la situation, basé sur les faits. Vous lui demandez alors ce qu’il pense de son comportement et de l’impact sur le service, et ce qu’il pense pouvoir faire pour trouver des solutions pour oser s’affirmer, car il en est tout à fait capable.

➜ Ces 2 réactions sont différentes : le « manager » considère son collaborateur comme un individu à corriger, et le « manager coach » va le responsabiliser car il estime qu’il détient le potentiel suffisant pour se corriger lui-même. Le manager coach est donc là pour l’aider à se prendre en mains en devenant plus autonome, à en tirer des leçons pour l’avenir, et en conséquence à améliorer ses pratiques professionnelles.

Pour commencer, gardez à l’esprit ceci :

La posture de manager coach présente toujours une intention positive

L’état d’esprit du manager coach en résumé

Le mindset du manager coach est de créer un environnement qui favorise l'apprentissage, la réflexion individuelle et les possibilités de contribution au développement de l’entreprise.

C’est avant tout un manager qui sait reconnaitre le collaborateur pour ce qu’il est et pour ce qu’il sait faire : il est là pour pousser vers le haut, offre les moyens de se développer et de donner le meilleur d’eux-mêmes.

Il ne veut pas être vu par ses collaborateurs comme un distributeur de solutions et les aide à la réflexion indépendante.

Enfin, le manager coach est un bon communicant, il sait écouter activement, faire des feedbacks constructifs et encourager à progresser tout en fixant des objectifs ambitieux.

Gardez en tête que la réussite de l’équipe passe par la réussite individuelle, et vice-versa.

☞ Cet article vous a plu ?

Nous vous invitons à compléter votre lecture avec notre Livre blanc à télécharger :

Livre blanc 📓 : Pourquoi organiser une formation coaching pour manager ?

manager coach