Comment devenir un (bon) manager d’équipe sans expérience ?

Comment devenir un (bon) manager d’équipe sans expérience ?
Article mis à jour le
1/8/2022

Devenir chef d’équipe est l’évolution logique dans la carrière d’un salarié qui a de bonnes compétences métier. Ce dernier va se lancer dans l’inconnu, surtout s’il n’est pas véritablement préparé aux bases du management.

Gérer des humains individuellement et collectivement, mais aussi un planning, des chiffres et des imprévus peut devenir très éprouvant ; mais il n’en demeure pas moins que c’est une fonction passionnante et enrichissante si les compétences techniques et managériales sont bien acquises.

OpinionWay a réalisé un sondage en 2017 pour connaître le degré le plaisir à manager en France.

85 % des managers disent aimer manager, mais seulement 22 % aiment beaucoup cela.

Sans avoir des qualités managériales, il est difficile de s’épanouir à son poste et d’atteindre de bonnes performances professionnelles.

Pour passer à une posture de manager, il est alors primordial de développer les soft skills et tout le savoir faire d’un manager.

Comment devenir un bon manager d’équipe sans expérience ? Il faut un début à tout, nous vous expliquons le circuit du manager débutant et vous livrons nos conseils pour réussir.

Etes-vous prêt à présenter une aptitude managériale ?

Vous avez eu l’ambition de passer manager et avez été embauché par une autre entreprise ? Ou alors vous avez accepté la proposition en interne de manager une équipe ?

Dans les deux cas, vous êtes amené à vous interroger : « Pourquoi devenir manager ? »

Et quelles sont les appréhensions que vous pouvez avoir en démarrant ce nouveau poste, que ce soit en interne ou dans des nouveaux locaux ?

Se mettre dans le bon état d'esprit pour passer manager

Voilà le grand jour où vous débutez en tant que manager.

En effet, un manager arrive à cette fonction soit parce qu’il l’a souhaité, soit parce qu’il y a été encouragé malgré ses réticences.

Ainsi, OpinionWay le précise dans son étude :

21% n’ont pas demandé à devenir manager à l’origine

Ce chiffre est énorme, à croire qu’ils ont accepté la promotion en interne de force !

En réalité, ceux qui ont été promus « par défaut » l’ont tout surtout accepté pour continuer à exercer leur cœur de métier avec passion, sans se rendre réellement compte des subtilités du management.

Pour les nouveaux managers qui sentaient qu’ils avaient de l’appétence pour cette fonction, le métier de manager ne s’improvise pas non plus.

Après vous être engagé dans la fonction managériale, il y a ce petit moment d’arrêt sur image qui vous assaille, c’est la phase de remise en question qui survient fréquemment.

D’un côté, vous êtes motivé par les raisons qui vous poussent à accepter des fonctions managériales (prestige, salaire, challenge…).

De l’autre, des collègues ou des proches peuvent influencer sur vos questionnements :

  • « Tu n’es pas trop jeune pour cela ? »
  • « Cela vaut le coup d’être augmenté ? »
  • « Tu imagines, devoir manager les collègues avec qui tu travaillais avant ? Ça va être bizarre »
  • « Mon demi-frère a fini en burnout »

Et bien évidemment, il y a le très sympathique « Félicitations ! »

Le cerveau humain va porter plus d’attention sur les mauvaises choses que les bonnes. Il est dirigé par les biais de négativité. Pour bien démarrer en tant que manager, il faudrait seulement inverser la tendance à voir le négatif, donc prendre l’habitude positiver. « Fake it until you make it », ou imitez un état d’esprit optimiste et l’habitude s’installera.

Pour rétablir cet équilibre :

Il faut 5 compliments pour compenser 1 critique

Alors dites-vous que si vous en arrivez là, face votre nouveau bureau et une équipe qui va compter sur vous, c’est que vous le méritez déjà !

Pourquoi devenir manager : les 7 bonnes raisons

Maintenant que vous avez une plus grande confiance en vous, il s’agit de prendre conscience des bonnes choses que peut apporter un manager et qui peuvent plaire. Nous vous livrons les plus importantes :

  • Un manager ne travaille jamais seul : il est en partie tourné vers la relation humaine au travail, communique avec d’autres équipes et aide ses collaborateurs. Son rôle est de faire grandir ces derniers et d’en faire ressortir le meilleur pour atteindre des objectifs.
  • Un manager impacte : la présence du management va jouer fortement sur la performance d’une entreprise. Le manager va piloter un grand nombre d’individus et développer l’engagement et la performance de ces derniers, en prendre la responsabilité et avoir du poids.
  • Un manager se réalise : avec sa fonction hiérarchique, il a une plus grande liberté pour exprimer ses valeurs et convictions, lors d’une réunion stratégique par exemple où son opinion sur l’écologie vis-à-vis d’une nouvelle vision stratégique sera mieux entendue. Elle ne sera pas forcément retenue mais il aura eu la possibilité de l’exposer.
  • Un manager donne plus de sens à son travail : en étant son propre juge sur une mission en cours, il prend de l’autonomie, du recul et peut plus aisément élargir sa vision des choses et se permettre une réflexion sur le pourquoi du comment. De plus, il est en lien avec différents services par sa position centrale : il peut coordonner toutes les informations, se stimuler sur le plan intellectuel et permettre à son équipe d’atteindre les objectifs. En récoltant les lauriers de son travail de manière plus évidente, il est mis en valeur et son bien-être au travail s’en ressent clairement à la hausse.
  • Un manager a des missions diversifiées : ses tâches sont variées et son côté multifonctions est ce qui fait tout son charme. Il doit savoir planifier, contrôler, communiquer avec fluidité, faire des reportings, savoir comment motiver une équipe, chercher des solutions à des problèmes, mais aussi prendre des décisions. Un vrai couteau suisse !
  • Un manager résiste mieux au stress : paradoxalement, un métier à plus haute tension libère du stress car son exposition face à l’accomplissement des tâches réduit le stress avec le temps. Être exposé au stress fréquemment normalise un contexte tendu et rend plus serein. Le manager grandit et renforce donc sa confiance en sortant de sa zone de confort.

💡 Détenez les techniques pour gérer le stress et trouver la sérénité au travail au quotidien

Découvrez notre formation : 👉 Gestion du stress et des émotions au travail

Avec tous les avantages du management, il incombe au manager de bien différencier le management des anciens collègues et le management en intégrant une nouvelle entreprise.

Comment Manager ses anciens collègues ?

Manager une équipe dont on est issu n’est pas sans écueils et peut devenir une véritable appréhension. Il s’agit d’arriver à trouver un bon équilibre en dirigeant des membres, tout en veillant à ne pas les froisser car selon les perceptions, la transition peut être brutale pour les anciens collègues.

Jalousie, défensive, distance…facilitez le fait de passer de collègue à manager et évitez les embarras grâce à ces conseils :

  • Faire exprimer les ressentis : brisez la glace, ne laissez pas les frustrations envenimer les relations. Eclaircir les sentiments, qu’ils soient positifs ou négatifs, permet de mieux accepter une nouvelle situation. Convoquez individuellement les collaborateurs ou bien planifiez une réunion collective.
  • Ne pas mélanger travail et vie privée : devenir le manager de ses collègues implique d’avoir de la retenue. Vous faites toujours partie du même « clan », mais en même temps vous ne l’êtes plus. Le plus important est de consacrer des moments personnels et des moments professionnels séparément. Ne niez pas les affinités et laissez vos anciens collègues apprécier les bons vieux moments passés ensemble, sur le temps de pause par exemple. Observez bien les réactions de vos collaborateurs.
  • Savoir faire preuve d’humilité : montrez que vous savez prendre du recul et remettre en question votre façon de travailler, c’est un bel état d’esprit que vos anciens collègues sauront apprécier. Ainsi vous ne passez pas pour un nouveau chef qui a pris le « gros melon » !
  • Renforcez les liens collectifs : le nouveau manager doit maintenir la bonne entente du groupe au travail qu’il a pu y avoir auparavant. Même si vous ne vous entendiez pas à merveille avec un ancien collègue, une bonne cohésion d'équipe vous aidera renforcer les liens collectifs. Organisez un séminaire d’équipe par exemple, ou encore prenez un verre après le travail.

Comment intégrer une nouvelle entreprise en tant que manager débutant ?

Lorsque vous connaissez déjà les personnalités des membres d’une équipe, il y a une façon de manager propre à ce contexte. Mais dès lors que vous intégrez une nouvelle entreprise tout en faisant vos premiers pas de manager, c’est bien autre chose !

Vous débarquez fraîchement et arrive le moment de vous présenter à votre toute première équipe. Vous apparaissez comme la nouvelle personne référente qui a des compétences à apporter. Autant vous dire que les membres ne sont pas forcément au courant que vous êtes novice dans la posture de manager et que vous allez en découvrir plus sur le terrain. Mais vous craignez qu’ils ne ressentent votre côté débutant.

Naturellement 3 pensées à caractère comparatif s’offrent à vous :

  • Vous remplacez un manager de haute qualité et n’arriverez sûrement pas à sa cheville.
  • Vous succédez un manager qui ne remplissait absolument pas son rôle de manager.
  • Vous arriverez à égaler votre prédécesseur

Vous n’êtes absolument pas au courant du lien qu’avaient les collaborateurs avec l’ancien chef (s’il y en avait un). Ne vous acharnez pas à essayer d’être à la hauteur en imitant tel ou tel management, restez authentique.

Encore une fois, si vous en êtes arrivé là ce n’est pas un hasard. Vous avez un savoir-faire à partager et une attitude de manager à développer, propre à vous. Le tout est d’en prendre conscience et de l’accepter.

Pour vous aider à incarner avec facilité votre nouvelle posture managériale, enlevez toute idée de syndrome de l’imposteur au travail : gardez en tête que vous êtes tout à fait légitime dans votre nouveau statut et dites vous que la réussite est possible.

Si certains ont réussi, pourquoi pas vous ? 😊

7 conseils pour manager sans expérience

Savoir manager une équipe n’est pas inné : la posture s'apprend et se travaille. Cette responsabilité nécessite d’avoir du bon sens, de l’adaptabilité, une certaine intelligence émotionnelle et de nombreuses autres compétences.

Un bon manager sait estimer ses collaborateurs et faire de son équipe une valeur ajoutée pour l’entreprise. Il n'existe pas de portrait type de manager pour y parvenir. Le tout est de composer avec les atouts que peut avoir un bon manager.

💡 Faites-vous accompagner pour partir sur des bases solides de pilotage d’équipe et débuter sereinement. Ménagez & managez-vous !

Découvrez notre formation : 👉 Les bases du management d’équipe pour débutant

Connaître le rôle d’un manager

Tout d’abord il est important de comprendre une partie de la fiche de poste d’un manager. Il ne détient pas un statut mais une fonction de centralisation qui permet à l’ensemble d’une équipe d’atteindre des objectifs.

Il s’assure de :

  • Piloter : fixer des objectifs cohérents et contrôler les résultats. Il veille à réajuster les objectifs si besoin, mais aussi à étudier les freins pour le bon déroulement d’une mission.
  • Organiser : répartir les tâches uniformément et coordonner les actions, fixer des délais raisonnables.
  • Animer : dynamiser et motiver les collaborateurs, mettre en place des formations pour monter en compétence si besoin, évaluer la réussite ou non d’un travail.
  • Diriger : prendre des décisions stratégiques (à long terme, concerne l’orientation générale et les prises de risque de l'entreprise) et opérationnelles (pour la gestion quotidienne des activités d'une entreprise ou d'un service, à court ou moyen terme).
  • Motiver : au quotidien, le manager est garant d’une partie de la motivation et de l’engagement de ses collaborateurs. Il est là pour partager la vision long terme pour donner du sens et du contexte à ses équipes.

Faire un travail sur soi

Ensuite, il est indispensable de travailler sur soi et développer de nombreuses qualités d’un bon manager :

  • Posséder une aisance relationnelle au travail : l’empathie, l’écoute, la diplomatie, la pédagogie… ce sont autant de qualités humaines qui permettent de maintenir la motivation de chaque collaborateur car ils se sentent considérés au quotidien ; d’autant plus que vous serez amené à dialoguer pour réussir une gestion des conflits au travail.
  • Être un manager humble : vous ne savez pas tout, même si vous êtes un expert aux yeux de l’équipe. Faire preuve d’humilité au travail en assumant ses propres erreurs et se remettre en question permettent de progresser en management. Il est également important de savoir se tourner vers des managers plus aguerris pour vous améliorer.
  • Être un manager juste et équitable : les collaborateurs aiment être traités de la même manière. Il est possible d’être juste sans accorder la même chose à chacun. Ne faites pas de favoritisme, tout finit par se savoir et le climat de l’équipe risquera d’être fortement impacté.

Valoriser les 2 dimensions : le management individuel et le management collectif

Dans la technique de management d’équipe il est important de miser sur la performance individuelle et collective. L’un ne va pas sans l’autre. Pensez à anticiper et programmer des temps d'échanges pour chaque dimension.

  • Le management individuel : l’idée est d’inciter au dialogue et ainsi d’accorder un temps d’échange individuel, pour évaluer et avancer ensemble en toute bienveillance et confidentialité. Certaines techniques de management individuel font le succès d’une communication en face à face : l’instauration du feedback d’entreprise ou encore l’entretien de recadrage.
  • Le management collectif : il s’agit de définir un cadre pour rendre durable les moments d'échanges avec les collaborateurs. Il est caractérisé par la collaboration des salariés, la liberté d'agir, le bien-être de l’équipe et un climat détendu. Par conséquent, une intelligence collective se forme jusqu’à en faire une alchimie d’un collectif et des singularités qui le composent pour agrandir le pouvoir de réalisation de chacun. Apprenez également à animer une réunion : l’essentiel est qu’elle ne soit pas chronophage, et qu’elle produise des débats productifs.

💡 Time to Pitch vous propose d'accompagner vos managers pour animer des réunions d'équipe

Découvrez notre formation : 👉 Comment animer une réunion dynamique et efficace

Adapter sa posture professionnelle de manager avec un style de management approprié

Vous avez probablement un profil de manager dominant, mais vous pouvez trouver un bon équilibre par rapport à la personnalité du collaborateur avec lequel vous échangez, mais aussi au contexte. Adopter un style de management approprié (directif, persuasif, participatif ou délégatif) vous aidera à vous réajuster.

Savoir faire adhérer les collaborateurs

Un collaborateur qui adhère est un collaborateur motivé et engagé.

Pour ce faire, il faut :

  • Fixer des objectifs SMART ou réalistes :

Spécifique : détaillé et précis

Mesurable : quantifiable avec un indicateur.

Ambitieux : donc attirant & motivant

Réaliste : réalité des moyens à disposition (temps, compétences)

Temporellement défini : délai clair

  • Développer une communication empathique :

Vous pouvez nouer un lien avec votre équipe en toute bienveillance. C’est le meilleur moyen de les valoriser en tant qu’individus et non en fonction de leurs performances, vous apparaissez ainsi à leurs yeux comme un véritable allié. Cette démarche amène à des échanges plus ouverts et donc vous solutionnerez ensemble d’éventuels problèmes avec bienveillance.

  • Avoir de la reconnaissance au travail :

Les collaborateurs sont plus engagés lorsqu’une performance est soulignée et reconnue. Ce sont de simples phrases pour un manager, mais qui ont leur importance aux yeux d’un collaborateur.

D’autres méthodes pour motiver une équipe au travail (onboarding, QVT,…) sont à découvrir à travers notre article : Comment motiver une équipe et la fédérer ?

Être un manager efficace et productif

Avoir de la rigueur dans le travail et une méthodologie de management

Il est capital d’être rigoureux, concentré et exact dans les tâches, cela vous servira au quotidien pour toutes les actions.

Cultiver un état d'esprit constructif et avoir une organisation efficace allège votre charge mentale de travail :

savoir attribuer les bonnes tâches aux bons profils, avoir une bonne gestion du temps de travail, ou encore mettre en oeuvre les bonnes pratiques du télétravail.

Construire une feuille de route pour le management

La feuille de route en entreprise (ou road map) est un document stratégique établi pour donner une vue d’ensemble structurée sur les étapes, les délais, et les ressources humaines et matérielles disponibles pour l’atteinte d’objectifs. La qualité de réflexion sur sa mise en œuvre jouera en grande partie sur la réussite d’un projet.

Si vous souhaitez faire de votre road map une réussite de planification stratégique et opérationnelle, vous devrez veiller à :

  • Faciliter la lecture et la compréhension : employez des mots simples et compréhensibles par tous les services, de même pensez à vulgariser (mettez en évidence les axes stratégiques par exemple).
  • Toujours focaliser sur les plans futurs : gardez en mémoire la vision de l’entreprise, qu’elle transforme en objectifs.
  • Vous rappeler qu’elle servira également aux dirigeants : ils s’en inspireront pour développer de nouvelles idées, prendre plus de recul, ou encore pour prendre des décisions.
  • Indiquer les ressources manquantes : par exemple il faudra recruter une personne sur un temps défini et en adéquation avec le délai fixé, ou bien augmenter les achats de licences pour l’utilisation d’un logiciel.
  • Indiquer les appuis financiers requis.

Ne pas tomber dans le piège du micromanagement

En tant que nouveau manager, vous pouvez avoir tendance à vouloir tout contrôler et comprendre, de peur que quelque chose ne vous échappe. Cela peut sembler rassurant mais il en est autrement, pour vous mais aussi votre équipe.

Un micro manager a du mal à déléguer, contrôle sans arrêt le travail de ses collaborateurs, filtre l’information et se concentre sur des détails sans intérêt. Vous vous usez à cette tâche et ne focalisez plus sur l’essentiel et vous perdrez l’engagement de vos collaborateurs qui ne se sentiront pas valorisés.

Déléguer, c’est faire confiance à son équipe.

Qui aime avoir un chef sur le dos et être observé sans cesse ? Trouvez le juste équilibre !

Si vous êtes plein de doutes, rappelez en réunion les objectifs et questionnez sur les éventuelles difficultés rencontrées pour apporter des solutions ensemble.

Ce qu’il faut retenir sur les fondamentaux du management

Devenir manager, c’est changer dans sa façon de faire, de réfléchir et de se comporter. C’est inévitable mais bénéfique pour l’épanouissement du manager et pour la performance de l’entreprise.

Certaines erreurs de management débutant peuvent être subtiles et difficiles à détecter : ce qui provoque des moments de doutes, génère un manque de confiance et des blocages, et donc un mauvais management.

A cela, s’ajoutent les nouveaux défis du management d’aujourd’hui : agilité, plus grande importance de l’humain, ou encore la recherche du sens au travail.

Le plus urgent est de pouvoir identifier des erreurs, des appréhensions, apprendre des choses que vous ignoriez, et les corriger.

L’accompagnement pour un nouveau manager est indispensable pour avoir des repères, pouvoir se situer.

C’est ainsi, le management s’apprend, comme tout métier !

☞ Cet article vous a plu ?

Livre blanc 📓 : Pourquoi organiser une formation coaching pour manager ?

comment devenir un bon manager sans expérience